Programme BENKADI : le rapport provisoire de l’étude de base sur le niveau de dégradation des terres dans les régions d’intervention du programme validé

0
202

Le SPONG à travers son programme BENKADI a tenu un atelier le jeudi 23 septembre 2021 à Ouagadougou. L’objectif étant de valider le rapport provisoire de l’étude de base sur la dégradation des terres dans sept (07) régions d’intervention du programme que sont la région du Sahel, du Nord, du Centre-Nord, du Centre-Ouest, du Centre, du Plateau Central et des Cascades.

Au Burkina Faso, les changements climatiques constituent un défi majeur pour le développement durable. Selon le Plan national d’adaptation adopté en 2015, le pays est encore vulnérable aux effets néfastes des changements climatiques notamment en ce qui concerne les secteurs économiques clés à savoir l’agriculture, l’élevage, l’eau, l’environnement et les ressources naturelles. Cette vulnérabilité est exacerbée par l’insécurité due aux attaques terroristes récurrentes et la crise sanitaire due à la COVID-19. Ces menaces portent atteinte aux efforts du pays visant à relever efficacement divers défis de développement qui sont au cœur des actions des partenaires au développement notamment la société civile.

les acteurs ont répondu présent à l’atelier

Prenant la mesure de la situation et pour aider le Burkina Faso à améliorer la résilience climatique de manière à atténuer les effets de changements climatiques sur les communautés vulnérables, le SPONG et les organisations de la société civile membres du consortium Benkadi de quatre pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Mali) ont initié le programme « Benkadi » qui signifie en langue bambara « travailler ensemble dans la même direction » approuvé en octobre 2020 et lancé en mai 2021.  Ainsi, dans le cadre de la mise en œuvre du programme, une étude a été commanditée pour établir le niveau de référence de la dégradation des terres dans les 07 régions d’intervention du projet. Et c’est pour rendre perfectible les études menées par les consultants, que des acteurs du domaine ont été conviés pour apporter leur contribution afin de finaliser le document.

De ce rapport, il ressort que le niveau de dégradation des terres dans ces localités n’est pas reluisant. Au niveau national selon les résultats de l’étude, la dégradation des terres est estimée entre 105 000 à 360 000 ha par an. Mais pour renverser la tendance, le SPONG estime qu’il faut améliorer la planification régionale et locale ; transférer les compétences et les ressources en matière de gestion des ressources naturelles aux communautés de bases et responsabiliser les communes et la société civile pour le suivi et le contrôle.

Pour cette première étude, la soixantaine de participants issus du secteur privé et étatique ont fait leurs observations et apportés des amendements au document présenté par les consultants commis à la tâche. Selon le chargé du programme pays Benkadi, monsieur Pierre Omer Ouédraogo, 06 autres études sont prévues pour renseigner les indicateurs de bases dans le cadre de la mise en œuvre des activités du programme. Il s’agit de l’étude sur la cartographie des mines artisanales, artisans miniers et du niveau l’utilisation de produits chimiques interdits (en particulier le mercure et le cyanure) / la dégradation des terres dans les régions des cascades et du centre-est ; l’étude sur l’état des lieux de la prise en compte du genre et de l’inclusion sociale dans le cadre de la lutte contre les effets néfastes des changements climatiques au niveau national et local notamment dans les sept (07) régions d’intervention du projet Benkadi au Burkina Faso ; l’étude sur l’état des lieux du respect de plans de gestion environnementale et sociale par les sociétés minières dans les régions du centre-est et des cascades du Burkina Faso en 2021 ; l’étude sur l’état des connaissances, attitudes et pratiques des acteurs (Etat- secteur privé et communautés/société civile) de la zone d’intervention du programme Benkadi en matière de gestion durable des terres et conservation des ressources en eau ; l’étude sur la cartographie des acteurs étatiques et non étatiques (gouvernement, OSC, secteur privé et PTF, et les groupes vulnérables) et des espaces de dialogue dans le domaine du changement climatique au niveau national et local du Burkina Faso en 202 et l’étude sur l’état des lieux du cadre institutionnel, politique et juridique en matière de changement climatique au Burkina Faso en 2021.

Photo de famille des participants à l’issue de l’atelier

D’une durée de cinq ans, le programme Benkadi est mis en œuvre avec l’accompagnement des partenaires tels que Woord En Daad (WD), le Ministère des affaires étrangères (MoFA) des Pays-Bas et le Gouvernement du Burkina Faso. L’objectif stratégique du programme Benkadi est : « les communautés affectées par l’érosion côtière, la dégradation des écosystèmes, la pollution par l’orpaillage et la déforestation, en particulier les femmes, les jeunes et les personnes vivant avec un handicap, au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Mali, réalisent leur droit au développement et sont résilientes aux effets du changement climatique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici